En 1704...

Jean-Martin Wendel acquiert les forges de Hayange. De 1704 à 1870, le Groupe tire parti des grandes inventions qui vont accélérer le développement de ses activités sidérurgiques : fonte au coke, généralisation des hauts fourneaux et des laminoirs, développement des chemins de fer, etc. Grâce à l’acquisition du « Procédé Thomas », qui permet la fabrication de l’acier à partir du minerai lorrain, les sociétés familiales – Les Petits-Fils de François de Wendel & Cie créée en 1871 et de Wendel & Cie fondée en 1880 – se placent parmi les premiers producteurs européens d’acier. Au XXe siècle, durement atteint par les deux guerres mondiales qui laissent exsangues les usines de Lorraine, le Groupe se relève et reprend son essor. La création des coopératives de production Sollac en 1948, puis de Solmer en 1969, permet notamment de répondre aux besoins croissants en tôles d’acier. Entre 1950 et 1973, il est au faîte de sa puissance. En 1975, il produit 72 % de l’acier brut français. En 1974, la hausse brutale des prix du pétrole ouvre une crise économique généralisée. La sidérurgie française est confrontée à une grave dépression : le blocage des prix de l’acier et l’effort de modernisation conduisent à l’asphyxie financière. Le gouvernement décide alors de nationaliser la sidérurgie française. Le Groupe est contraint de se réorganiser. Tous les actifs non-sidérurgiques sont rassemblés au sein d’une nouvelle entité : la Compagnie Générale d’Industrie et de Participations (CGIP). A partir de 1977, le Groupe prend un nouvel élan et engage une diversification dans de nouveaux secteurs technologiques et de services, tels que les services informatiques, le contrôle qualité, la santé. En 2002, Marine-Wendel et CGIP fusionnent et donnent naissance à Wendel Investissement, rebaptisée Wendel en 2007.

Histoire de forges, Histoire de France

Avec l'aimable autorisation de la Fondation de Wendel

Aujourd'hui...

Wendel est l’une des toutes premières sociétés d’investissement cotées en Europe, œuvrant au carrefour de l’industrie et de la finance. Investisseur de long terme s’appuyant sur des capitaux permanents, Wendel est accompagné depuis plus de trois siècles par la famille Wendel, son actionnaire de référence.
Les 1 120 actionnaires familiaux sont réunis au sein de Wendel-Participations qui détient 36,9 % du capital de Wendel (en savoir plus). 
Depuis 1977, Wendel a investi dans un grand nombre de succès industriels, tels que Capgemini, BioMérieux, Reynolds, Stallergenes, Wheelabrator, Valeo, Afflelou, Editis, Deutsch ou encore Legrand.