Entretien avec...

Interview
Précédent

Alain Missoffe, coauteur du livre Femmes
de fer

Le livre Femmes de fer - Elles ont incarné la saga Wendel, coécrit par Alain Missoffe et Philippe Franchini et publié le 4 juin dernier aux éditions Tallandier, est un hommage aux femmes d’exception de la famille Wendel. Alain Missoffe nous en dit plus sur cet ouvrage.

Votre nouveau livre, Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel, coécrit avec Philippe Franchini, est paru fin juin. Quel est le fil conducteur de cet ouvrage ?

Femmes de fer est une fresque historique qui part de la Révolution française et nous conduit jusqu’à la Ve République, retraçant le parcours étonnant de 15 femmes d’exception appartenant toutes à la famille Wendel. Cette fameuse lignée d’industriels lorrains a marqué l’histoire économique de notre pays, et représente un exemple rare de continuité entrepreneuriale sur plus de trois siècles.

Dans ce livre, les lecteurs découvrent notamment Marguerite et Joséphine de Wendel, véritables
« maîtresses de forges » et patronnes aux XVIIIe et XIXe siècles. Ou encore Berthe, qui va connaître les affres de l’occupation de la Moselle par les Allemands, après la chute du second Empire, et créer l’Union lorraine, structure emblématique du soutien apporté à la population lorraine. Andrée et Hélène de Wendel nous entraînent dans le Paris des Années folles. Deux petites-filles Wendel, la (future) maréchale Leclerc et Élisabeth de La Bourdonnaye (qui épousera le professeur Robert Debré après la guerre), et les trois filles de cette dernière, seront au coeur de la Résistance et de la France libre. Il y a aussi Françoise Schneider, passionnée d’aviation, aux côtés de son mari Jean, un héritier des métallurgistes du Creusot. Marguerite de Mitry, Renée Seillière et Ségolène de Wendel illustrent l’engagement social des femmes de la famille, particulièrement en Lorraine. Et, enfin, les lecteurs découvriront Hélène Missoffe, première descendante de Jean-Martin de Wendel, fondateur de la dynastie, qui entra au gouvernement en 1977.

À l’heure où les questions de parité sont au coeur des enjeux sociétaux, en quoi était-il important, pour vous, de dresser le portrait de ces femmes qui ont marqué la dynastie Wendel ?

Il nous est apparu qu’une des raisons de l’incroyable résilience de cette famille d’entrepreneurs, de 1704 à nos jours, était également à rechercher du côté des femmes. Ces 15 femmes qui ont retenu notre attention, qu’elles aient joué un rôle au sein de l’entreprise ou dans d’autres domaines, partagent toutes des qualités qui ont été mises en œuvre pour faire face aux nombreux accidents de l’histoire : énergie, créativité, esprit d’entreprise, autorité, caractère bien trempé, courage, générosité, sens du devoir. Et au fond, un goût profond pour la liberté.

Ce sont des femmes qui ont choisi leur destin, qui l’ont voulu, qui ne l’ont pas subi, sans pour autant se révolter par rapport à leur milieu. Prenez les « fondatrices », Marguerite et Joséphine. Hors de toute idéologie, elles ont concrétisé les revendications des premières féministes de leur époque (Olympe de Gouges, George Sand). Au fond, ce qui apparaît clairement, dans ce livre, c’est que nos
« femmes de fer » ont été avant tout des femmes libres.

Parmi ces 15 figures féminines, quelle est celle qui vous inspire le plus ?

Question difficile tant toutes nos héroïnes sont attachantes. Mais ce sera Marguerite de Wendel, la fameuse Madame d’Hayange. Devenue veuve en 1784, elle reprend les forges avec détermination. C’est une cheffe d’entreprise avant l’heure qui se fait respecter. Monarchiste de coeur, elle choisit la France et n’hésite pas à répondre aux commandes des armées de la Révolution pour faire face aux menaces étrangères. Elle est une patriote avant tout. Alors que la quasi-totalité de ses descendants ont dû émigrer pour échapper à la Terreur, elle reste à Hayange, subissant quotidiennement le harcèlement et les humiliations des autorités locales. Elle tient la barre de main ferme, ne renonce jamais, vit très douloureusement l’exécution d’un de ses petits-fils et la mort, de désespoir, à Weimar, de son fils, François-Ignace, ingénieur génial, homme des Lumières, devenu proche de Goethe.
Elle se retrouve emprisonnée à Metz, puis, après la fin de la Terreur, retourne à Hayange, dévastée.
Elle meurt à Metz, dans un total dénuement. C’est une Lorraine, une Mosellane, une femme qui ne transige pas avec ses principes.

Tous les articles

Actualités

L'Édito de la rédaction

Événement

AG 2021 - Save The Date

Actualités

Thomas de Villeneuve intègre le Conseil de surveillance de Wendel

Engagements

Wendel renforce ses actions
en mécénat

Actualités

Stahl : ouverture d’un nouveau centre d’excellence en Inde

Actualités

Stahl rejoint le groupe
de travail sur
les biomatériaux durables

Actualités

Allied Universal :
Wendel cède le solde de sa participation

Actualités

Constantia Flexibles primé pour ses emballages

Engagements

Wendel signataire de la charte sur la parité
femmes-hommes

Engagements

Comme un air de folklore au Centre Pompidou-Metz

 

Entretien avec...

Interview

Entretien avec...

Dossier

Crisis Prevention Institute

Dossier

L’organisation de Wendel
face au Covid-19

Tribune

La tribune
d’André François-Poncet

 

L'Édito de la rédaction

 

Save the date

Engagements

Les forces des
entreprises familiales

Actualités

IHS Towers

 

Chiara Parisi prend les commandes du Centre Pompidou-Metz

 

Crisis Prevention Institute : Wendel finalise son quatrième investissement aux États-Unis

 

Save The Date

 

Le saviez-vous ?

 

Family Enterprise Days :
de nouveaux rendez-vous !

 

La sculpture à l’honneur au
Centre Pompidou-Metz

 

Wendel plébiscitée par "Le Revenu" pour sa communication aux actionnaires

 

Constantia Flexibles : inauguration d’une usine dédiée aux emballages "durables"

 

Constantia Flexibles : nomination de Tanja Dreilich au poste de Directeur financier

 

Fusion significative
pour Allied Universal

 

Allied Universal : Wendel finalise la cession d’une part supplémentaire de sa participation

 

Jérôme Michiels rejoint le Conseil d’administration de Bureau Veritas

 

Bureau Veritas : cinquième trimestre consécutif de croissance organique solide

 

Investor Day 2019

 

Évolution de l’organisation de Wendel

 

Entretien avec...

 

Entretien avec...

 

Edito

 

Nouveau Family Entreprise Day

 

Deux nouvelles expositions
au Centre Pompidou-Metz

 

La RSE crée de la valeur pour le long terme

 

Entretien avec...

 

Edito

 

Bureau Veritas :
Un début d’année solide

 

Cromology :
Wendel réinvestit 125 millions d’euros à l’occasion de la renégociation de sa dette

 

Save the date !

 

Family Business : Les alliances stratégiques dans les entreprises familiales

 

Habiter le temps avec Lee Ufan

 

Deux Operating Partners renforcent les équipes de Wendel

 

Allied Universal fait l’acquisition de Securadyne Systems

 

Cession d’une part significative d’Allied Universal

 

Bureau Veritas et Microsoft : une union basée sur l’intelligence artificielle

 

Bureau Veritas : Résultats annuels 2018

 

Wendel Lab

 

Trois questions à...

 

Edito

 

Édito

 

Clubhouse France : l'espoir en tête

 

La Wendel Running Team s'engage pour Helen Keller International

 

Nicolas ver Hulst rejoint le Conseil d'administration du Centre Pompidou-Metz

 

Nouvelles distinctions pour l'Insead

 

À la rencontre des Couples modernes

 

Nomination chez Bureau Veritas

 

Retour sur le World Economic Forum

Archives