La tribune
d’André François-Poncet

Tribune
Précédent

D’ordinaire, l’Assemblée générale est l’occasion de nous retrouver.

Cette année, le contexte lié à la pandémie de Covid-19 nous contraint à adapter le format de ce rendez-vous. En effet, dans un premier temps, nous avons reporté notre Assemblée générale initialement programmée le 4 juin au 2 juillet 2020 en espérant être en mesure d’échanger de vive voix avec nos actionnaires. Cependant, en raison des mesures limitant les rassemblements de personnes résultant du décret n°2020-548, paru le 12 mai dernier, notre Assemblée générale se déroulera tout de même à huis clos.

Pour David Darmon, mon collègue au sein du Directoire, Nicolas ver Hulst, le Président du Conseil de surveillance, et moi-même, il est particulièrement important en ces temps difficiles de maintenir le dialogue avec nos actionnaires individuels. Ainsi, chaque actionnaire peut adresser ses questions à Wendel, à l’attention du Secrétariat général, jusqu’au 26 juin 2020. Nous répondrons à ces questions lors de notre Assemblée, dont la retransmission sera disponible sur notre site Internet, ainsi que par écrit également sur notre site. Veuillez également noter que, pour la première fois cette année, le vote électronique par Internet vous est proposé.

Cet événement sera l’occasion de dresser un premier bilan concernant les mois écoulés. En effet, pour Wendel, 2019 a été, à nouveau, une année principalement consacrée au renforcement des sociétés du portefeuille et à l’amélioration de la création de valeur. Bureau Veritas a accéléré sa croissance et consolidé son modèle financier. IHS Towers a poursuivi sa trajectoire. Stahl a bien redémarré sur les derniers mois de l’exercice. Constantia Flexibles a engagé un plan vigoureux
pour restaurer sa compétitivité. Une partie des capitaux d’Allied Universal – un beau succès d’investisseur ! – ont été redéployés vers Crisis Prevention Institute.

2020 a débuté par un ralentissement brutal et global. À ce jour, toutes les conséquences futures de la pandémie de Covid-19 ne sont pas encore mesurables parce que certaines régions du monde sont encore durement touchées et parce que les grandes économies sont sous perfusion. On sait maintenant que ce choc dépasse nettement en intensité toutes les crises de ce début de siècle.
Au cours des dernières années, nous nous étions préparés à un retournement prévisible de la conjoncture macroéconomique et financière, même si, alors, nous n’avions pas d’idée précise du déclencheur qui serait à l’oeuvre. Nous avons fait preuve de prudence en cédant la moitié de nos participations. Nous avons également dégagé des ressources importantes en plaçant des actions Saint‑Gobain et Bureau Veritas et en poursuivant le désendettement de Stahl et de Constantia Flexibles. Nous avons favorisé le renforcement du bilan de Bureau Veritas en prenant notre dividende 2018 en actions et en focalisant la société sur la génération de trésorerie. Au global, nous avons vendu bien plus que nous n’avons acheté. Nous avons assumé d’être à contre-courant d’une ambiance générale qui poussait plutôt aux acquisitions spéculatives.

À l’issue d’un exercice 2019 marqué par de très bons résultats et une situation financière solide, Wendel avait initialement annoncé le 18 mars 2020 un dividende de 2,90 euros par action, en hausse de 3,6 %, au titre de l’exercice 2019. Le 14 avril 2020, Wendel a annoncé sa volonté d’attendre d’avoir une meilleure appréciation de l’environnement économique et sanitaire pour se prononcer définitivement sur le montant de ce dividende. Wendel a depuis cédé le solde de sa participation dans Allied Universal pour un produit net de cession supplémentaire d’environ 196 millions de dollars. Ainsi, la liquidité totale de Wendel pro forma cette cession s’élevait à 2,1 milliards d’euros
au 31 mars 2020.

Nous avons ainsi décidé de proposer une réduction du dividende annoncé le 18 mars dernier au niveau de celui payé en 2019, soit 2,80 euros par action. Wendel a pris cette décision dans un esprit de pondération en raison du contexte actuel mais aussi de cohérence par rapport à la performance financière du Groupe en 2019. L'année 2019 fut une bonne année pour Wendel, notamment grâce à la cession, dans d’excellentes conditions, d’Allied Universal. Maintenir le niveau du dividende à 2,80 euros par action nous semble être une décision équilibrée tant du point de vue de la modération des dividendes dans le contexte inédit de la crise sanitaire que de celui de la rémunération légitime de nos actionnaires compte tenu de la performance du Groupe à laquelle nous sommes très attachés.

À l’avenir, il nous faudra prendre les décisions adaptées de façon disciplinée tout en faisant preuve de solidarité envers nos parties prenantes. Lorsque nous émergerons de cette période difficile, Wendel poursuivra son déploiement progressif vers des marchés en croissance. Le Groupe restera, plus que jamais, vigilant sur la solidité de son bilan, dont on peut actuellement mesurer l’importance cruciale ! Nous continuerons à soutenir les entreprises talentueuses dans leur croissance et nous approfondirons nos orientations ESG (environnement, social, gouvernance) que confortent les événements actuels.

En dépit de cette organisation à huis clos, j’espère que vous serez nombreux à suivre la retransmission de notre Assemblée générale le 2 juillet prochain.

André François-Poncet
Président du Directoire de Wendel

Tous les articles

Archives